DPSP; Ville de Paris ; Mairie de Paris;

 

​L'exploitation totale des personnels:

Madame la Maire de la Ville de Paris

Mesdames et Messieurs les élus

Mesdames et Messieurs les journalistes

 

Résumé: 
Madame la Maire de la Ville de Paris Mesdames et Messieurs les élus Mesdames et Messieurs les journalistes   La Ville de Paris a transféré les contrôles de stationnement payant à la société STREETEO sans une réelle prise en charge un tant soit peu sérieuse.   ​L'exploitation totale des personnels:   ·  ​Une contrôleuse s'est fait dépouiller et a subi des agissements à caractère sexuel pendant l'exercice de ses fonctions. ·  Un contrôleur a attrapé une infection urinaire, suite à l'obligation d'utiliser les WC publics. ·  Les agressions telles que les gifles, les crachats, menaces de mort, coups de points, etc... Sont leur quotidien. ·  Le chargement des PDA se fait au domicile des contrôleurs. ·  Les tenues ne sont pas adaptées. ·  Les chaussures sont payées par les contrôleurs. ·  Certains contrôleurs ayant peur pour leur emploi, acceptent de travailler seul et en totale insécurité. ·  Aucun moyen de communication fourni par l'employeur mettant de ce fait les contrôleurs en péril en cas d’agression. ·  Des contrôleurs à temps plein qui ne perçoivent que la modique somme de 1050 euros en salaire net.   Madame la Maire de la Ville de Paris, êtes vous fière du nombre de PV établi par la société STREETEO en exploitant les personnels ?   CGT A.S.P.S. Le 31.01.2018
 

Exploiter les agents d’accueil et de surveillance

Paris, le 21 février 2017

LETTRE OUVERTE

 

Monsieur Philippe CHOTARD

Secrétaire Général de la Ville de Paris

 

 

Résumé: 
Paris, le 21 février 2017 LETTRE OUVERTE   Monsieur Philippe CHOTARD Secrétaire Général de la Ville de Paris     A maintes reprises, le directeur de la DPSP, Monsieur Matthieu CLOUZEAU nous a informé en réunion, depuis le mois de septembre 2016, que chaque corps AAS conservera sa spécialité, et qu’il n’y aura aucune « passerelle » de la part de cette direction pour « obliger » les agents à les basculer d’un service à l’autre.   Il nous semble troublant que cette direction au sein de plusieurs brigades des espaces verts, accepte ou demande des volontaires payés en heures supplémentaires, pour effectuer des vacations dans les mairies par manque d’effectif, alors que paradoxalement ces dites brigades sont en sous effectifs récurrentes. Pourquoi avoir supprimé ou diminué de manière drastique les heures supplémentaires des agents dans les espaces verts alors que ces derniers étaient en mesure de pouvoir équilibrer le service journalier, lorsque le manque de personnel ce faisait ressentir ? Ce transfert d’heures supplémentaires d’un service à un autre est-il une volonté insidieuse de l’administration ?   Dans un avenir proche, la direction DPSP va-t-elle demander aux agents des Mairies de renforcer l’effectif des agents des espaces verts au même titre que les CDN qui ferment déjà les jardins dans certains secteurs ?   Notre organisation syndicale voit dans ce procédé pervers, une volonté d’effectuer de la polyvalence entre services, ce qui est tout simplement inacceptable.   Quelle responsabilité êtes vous prêt à prendre si un agent des espaces verts qui n’a pas les compétences requises en matière de filtrage dans les mairies alors que nous sommes en plan Vigipirate renforcé, sans formations adéquates et issu d’un cadre d’emploi diffèrent, laisse entrer un individu dangereux ?   De même, vous prenez la responsabilité de voir les correspondants de nuit se faire agresser lors de l’évacuation et fermeture d’un jardin, alors qu’il n’est nullement mentionné dans leur contrat de travail qu’ils doivent effectuer une telle mission ?   A chacun son métier et sa spécialité … La DPSP a crée la BIP (brigade d’intervention de Paris) à cet effet non ? Souhaitez vous modifier le cadre d’emploi de chaque spécialité AAS ?   Nous avons bien compris que la Ville de Paris incite la polyvalence dans tous les services, dans un but purement économique, sur le dos des personnels et au détriment de la spécificité de chaque agent et parfois de sa propre sécurité.   Comptez-vous exploiter les agents d’accueil et de surveillance en calquant leur travail sur celui des inspecteurs de sécurité, sans contrepartie de rémunération ?   Bien cordialement,                                                                                        Pour le syndicat CGT A.S.P.S.                                                                                                                                                                                                                             Le Secrétaire général