Depuis le transfert des AAS du SEJ, les AAS/AASP s’interrogent sur leur devenir au sein de

 

Nous avons interpellé :

 

 

Le Chef du Service des Cimetières Parisien, la direction DEVE,

Madame Pénélope KOMITES Adjointe à la Maire

chargée des Espaces verts, de la Nature, de la Biodiversité et des Affaires funéraires.

 

Les AAS/AASP du service des cimetières de la DEVE

nous interpellent de plus en plus marquant leur inquiétude sur leur avenir.

 

Depuis le transfert des AAS du SEJ, les AAS/AASP s’interrogent sur leur devenir au sein de la DEVE

 

Voici les revendications des agents :

 

 

  • La question des modalités au niveau de l’encadrement se pose de manière aiguë : les faisant-fonctions ?
  • La question de la polyvalence ?
  • La place réelle des AAS/AASP gardes portiers logés ?
  • Les sites annexes et leurs problématiques ?
  • La question des barrières se pose toujours sur certains sites ?
  • QualiParis : et après ?
  • Le manque exponentiel des effectifs et ses conséquences factuelles ?
  • Le statut des gardes-travaux dans les cimetières ?
  • Le statut des cimetières dans la Métropole du Grand Paris ?
  • Entretien des tenues des agents des cimetières : Pourquoi « ça » coince ?
  • Modalités pour la revalorisation des primes des opérations funéraires (inhumations, exhumations…) ?
  • Entretiens des guérites : la question d’hygiène et de la santé au travail ?
  • Les convois rapprochés et tardifs ?
  • La question de la restauration notamment le week-end ?
  • Intégration des coupures repas dans le temps de travail ?
  • L’absence de structures adéquates pour accueillir les familles lors des inhumations (Ivry, Bagneux) ?
  • La question des concours : mythe ou réalité ?
  • Cimetière de Thiais : fermeture de portes problématiques (risque de mise en danger d’agents)
  • La question de la prime NBI pour les AAS/AASP ?

 

CGT A.S.P.S. le 17.05.2017

 

Mis en ligne le 19 mai 2017  |  Dernière mise a jour 19 mai 2017